lundi 6 février 2017

Bilan 2016 - Partie 1



           N’ayant pas été très régulière dans mes chroniques cette année - c’est le moins qu’on puisse dire – j’ai décidé plutôt que de rattraper les chroniques de chaque livre, je passerais le tout sous la forme d’un bilan (si ce n’est pour quelques livres qui, à mes yeux, méritent des critiques plus constructives que ce que je ferais ici succintement). Normalement ce bilan devrait tenir en 4 parties correspondant aux 4 trimestres de cette année.



Janvier :


J’ai peu lu. 2 livres + 1 commencé composent ce premier mois :


* Poison de Sarah Pinborough : La plupart d’entre vous en aura sûrement entendu parlé. Couverture shiny, quelques dessins parsemant les débuts de chapitres, réécriture de conte. Enfin bref, un magnifique objet livre.
C’est le premier tome de la trilogie « Contes des royaumes », il faut aimer les réécriture de contes ainsi que le style de l’auteur pour adhérer complètement à ce roman. Ici, c’est Blanche-Neige qui se voit mis au goût du jour. Pour ma part, ce fût une bonne lecture, mais j’attends de voir la suite, car je ne suis pas des plus convaincus. Le travail sur la couverture m’a comblé certes mais pas la plume. Au point que je me suis demandée si ces magnifiques couvertures n’étant pas là pour attirer le lecteur sur un contenu moyen vers lequel il n’aurait peut-être pas été si le couverture n’était pas celle qu’elle est. Théorie à vérifier en 2017 avec Charme et Beauté.

* Love letters to the dead de Ava Dellaira : Ce roman m’a tenu presque tout le mois. Non pas parce qu’il manquait d’intérêt ou qu’il m’ennuyait. Au contraire. Bon j’avoue il y a quelques longueurs certes, mais il est rare de trouver un roman où il n’y en ait pas. L’intrigue est assez classique, mais l’originalité vient de ces fameuses lettres que l’héroïne écrit aux différents morts célèbres et qui nous fait découvrir au fur et à mesure tout ce qui a fait et fait la vie de cette dernière. Un bon roman ado qui m’a plu et m’a surpris par rapport à certains noms que je ne connaissais même pas et m’a donné envie d’en savoir plus.

* L’écolier assassin de Moka : Lu à cheval sur Janvier et Février (fini le 01/02). Ce roman m’a plu. Depuis le temps que j’entendais parler de Moka, je devais bien finir par m’y mettre. La plume de l’auteur est addictive, l’intrigue l’est tout autant. Superstitions, sorcellerie, diablerie font partie intégrante du village où une mère et ses deux enfants s’installent après son divorce. Un ritournelle glaçante et une main ensanglantée seront les premiers éléments d’une intrigue qui fera peur aux plus petits et même aux plus grands.


Février :


* La porte de la salle de bain de Sandrine Beau : Probablement un de mes premiers coups de coeur de cette année. Mia a 13 ans et commence à avoir de jolis formes qui se dessinent sous son pull. Elle est heureuse et fière, elle devient une femme. Et pourtant, c’est le début du cauchemar. Le regard des autres commencent à changer, mais surtout celui de son beau-père qui va devenir de plus en plus intrusif au moment où la jeune fille est dans la salle de bain. Il entre régulièrement en trombe et la mate sans trop se cacher. Un roman poignant, intense et émouvant où la tension monte crescendo. A chaque page tournée, on est à la fois spectateur impuissant de ce qu’il se passe et victime, car l’auteure décrit les sentiments avec une telle justesse qu’on a l’impression de ne faire qu’un avec Mia. Une belle découverte <3

* Sous la neige de Gerri Hill : Premier roman lesbien de l’année et ce ne pouvait être que Gerri Hill. Découverte 2 ans plus tôt avec La Brise du golfe, cette auteure ne cesse de m’impressionner. A chaque roman, je dévore tant la plume et l’intrigue sont en osmose. C’est d’ailleurs mon second coup de coeur de l’année. L’intrigue est plutôt simple. Ryan est une jeune femme qui aime sa montagne et la solitude. Chaque hiver, elle s’isole dans son chalet et ne voit personne pendant presque 6 mois, si ce n’est ses chiennes. Or, une autre jeune femme en route pour un séminaire d’écriture se retrouve bloquée dans une tempête de neige à proximité du chalet après s’être perdue. La tempête étant trop intense pour que quelqu’un vienne la secourir, Ryan l’invite au chalet. Les deux jeunes femmes vont vivre en huis-clos pendant près de 3 mois et pourtant quand Jen peut enfin repartir et retrouver son fiancé, elle se retrouve percluse de doute. Un vrai bonheur de voir les deux femmes se découvrir et s’apprécier alors qu’elles sont assez opposées dans leur façon de vivre, le tout entouré de merveilleux paysages enneigés.

* Nana – Tome 1 et 2 : Manga bien connu, Nana relate l’histoire des jeunes femmes portant le même prénom et dont on va suivre les aventures et la rencontre. Presqu’un an après je n’ai plus beaucoup de souvenirs alors je pense que je les relirais quand je voudrais continuer la saga ^^

* Kuro, un coeur de chat – Tome 1 : Un joli petit manga dans la veine de Chi … Emprunt médiathèque, je pense que je ne pourrais lire la suite vu mon déménagement en Belgique, mais qui sait peut-être qu’ils l’auront à la bibliothèque du village:)

* A silent voice – Tome 4 : Une belle histoire, mais qui traîne quelque peu en longueur … Pour la même raison que le manga précédent, je ne sais pas si je pourrais lire un jour la suite.


Mars :


* La forêt plénitude de Frank Andriat : Commencé en Février, mais fini en Mars. C’est toujours un plaisir évident que celui de retrouver la plume de Frank Andriat. Mais celui-ci ne fût pas un coup de coeur, malgré une belle histoire. Il parle d’une jeune fille qui le jour de ses 18 ans se voit offrir par un oncle un livre sur l’exode dans la nature et ses bienfaits, du genre de Thoreau. Plus que déçue par ce cadeau au début, il finira par le lire et décidera alors de partir en exode dans la forêt. On va donc la suivre dans ce périple et on en sort grandi.

* Bakuman – Tome 1, 2, 3 : Un manga bien construit sur deux jeunes hommes désirant devenir mangaka. L’un dessine, l’autre écrit les scénarios. On les suit donc dans leurs rencontres, dessins et scénarios et c’est plutôt bien fait … Même si comme souvent, je me lasse un peu … Même problème que pour Kuro et A silent voice donc peut§être qu’un jour je lirais la suite mais pas dans les prochains mois, je pense.

* Mémoire d’elles de T. Greenwood : Encore du lesbien et de nouveau un coup de coeur. J’ai découvert ce roman grâce à la booktubeuse Tartinneauxpommes (aujourd’hui appelée Winter is reading) qui en a tellement bien parlé que je n’ai pu faire autrement que de l’acheter. Mais il m’a fallu l’avis de ma chérie et celui d’une amie pour enfin oser me lancer dans cette petite brique et je n’ai vraiment pas été déçue. Une belle histoire où se mêlent différents problèmes de la société de l’époque : homosexualité vu comme une maladie, mariage sans vraiment d’amour, violence conjugale et alcool, … Et une fin, juste émouvante et magnifique. Un roman poignant.

* Je tue les enfants français dans les jardins de Marie Neuser : Un roman très noir … Catégorisé dans les polars de par son titre, il n’en est pourtant pas vraiment un … C’est l’histoire du quotidien d’une jeune professeure d’italienne à Marseille qui ne réussit pas à faire cours tant les élèves sont indisciplinés et l’impunité qui règne dans cet école fait qu’ils ne sont jamais punis pour ce qu’ils font. Elle va se faire agresser et humilier régulièrement. C’est plus la rapide descente aux enfers des idéaux d’une professeure débutante qu’un réel polar … Un livre déstabilisant.

* La Rose écarlate – Tome 11 de Patricia Lyfoung : Une excellente BD pour qui aime les justiciers masqués et les femmes sans peur. Une belle histoire d’amour entre les protagonistes qui, au fil des tomes, devient quelque peu ennuyeuse, car le scénario de l’homme s’inquiétant pour sa fragile femme est trop souvent répétés, même si moins dans ce tome. J’espère tout de même lire la suite et la fin bientôt.

* Les vacances d’Hercule Poirot d’Agatha Christie : Comme toujours avec Agatha Christie, un très bon roman policier. Ça fait toujours du bien de lire ce genre de roman. J’ai pourtant été quelque peu déçu par la fin. J’espère tout de même un jour lire tous les Hercule Poirot dans l’ordre, mais je suis bien loin d’encore tous les posséder ^^

* Maîtres du jeu de Karine Giebel : Un peu glauque et angoissant ... Quand je lis ce genre de nouvelles ou de romans, je me dis toujours que l'auteur doit être un peu cinglé pour réussir à imaginer ça ^^ Ça m’a pourtant donné envie d’en découvrir plus de cette auteure, je vais d’ailleurs en lire ce printemps et cet été, voire même avant si j’arrive à me caler une lecture:)

* Vacances secrètes de Maud Frère : Pas une grande lecture, je me souviens vaguement avoir aimé mais sans plus. Je pense que les romans trop jeunesse commencent passablement à me blaser.


* Les vacances d’un serial killer de Nadine Monfils : Je crois que ce roman a été mon pire souvenir de 2016. Il faut dire que je vois beaucoup de Nadine Monfils en librairie sans jamais en avoir vraiment entendu parler. Alors, je me suis lancée à l’aveugle et au final, c’est un flop. Trop de vulgarité et de mots crus. J’ai eu l’impression d’une course à la surenchère dans la grossièreté. Et même si ce genre de personnes existent sûrement, la grand§mère est la pire de tous. Je l’ai fini, mais dans la douleur … Dommage 


Demain, je posterais la seconde partie de ce bilan ... A très vite